CALENDRIER CODEP 57

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
4
5
6
9
10
11
12
15
16
17
18
22
23
24
26
27
29
30
31

LE CHEVREUIL : le plus gracieux des cervidés

 

chevreuil 

C’est toujours un petit événement d’approcher les animaux sauvages sans qu’ils s’en aperçoivent.

 

C’est toujours un petit événement d’approcher les animaux sauvages sans qu’ils s’en aperçoivent.

Sauf à être chasseur ou braconnier, ou encore photographe animalier, c’est la plupart du temps par hasard et surtout grâce à un vent contraire que vous tombez sur un chevreuil, tel ce brocard approché à une centaine de mètres. Si cela vous arrive, ne vous étonnez pas après sa fuite d’entendre les aboiements d’un roquet un peu plus loin dans le bois : c’est le chevreuil que vous venez de déranger qui peste contre vous ! Bien plus souvent, avec un peu d’attention, vous pourrez découvrir des indices de présence. Outre les « moquettes » de chevreuil, un peu plus grosses que des crottes de lapin mais de forme allongée à la manière d’une bouteille ventrue, vous apercevrez les petites empreintes élégantes dans de la terre argileuse ou la neige. Enfin, ne confondez plus biche et chevrette : faire passer la chevrette de 20 à 100 kg la fait mourir de honte, elle n’ose même plus se regarder dans son miroir.

Texte et photos : Loïc Pierre

Article publié dans la revue Cyclotourisme n° 630 (décembre 2013)